Le riche et le pauvre

2092009

Les relations entre le riche et le pauvre, dans notre société, ne sont guère bâties sur le respect mutuel et l’entraide, comme certains veulent nous le faire croire. D’un côté, certains riches sont si égoïstes et avares qu’ils n’osent pas débourser un sou pour soulager les nécessiteux, et d’un autre côté, certains pauvres sont si froids et crédules qu’ils ne manifestent aucune gratitude envers les riches et qu’ils cherchent constamment par ruses et astuces à profiter d’eux.

 

Quand un riche, sans raison valable, n’affiche aucune volonté d’aider un pauvre, il a certes eu tort, mais quand un pauvre reçoit d’un riche, en guise d’aumône, une somme de 1000 DA et que le lendemain, voulant profiter de sa largesse, il revient pour lui demander un prêt de 10000 DA et qu’il lui jure de les lui rendre dans un mois au plus, tout en sachant au fond de lui-même qu’il ne pourra jamais tenir sa promesse faute de moyens, il est plus que condamnable, car par cette action il démoli en le riche tout sentiment de bienfaisance.

Par: D.Messaoudi




Démission collective, pleurnichement général

2092009

parentseleves1.jpg

Tu informes un parent que son enfant est négligent à l’école et il hoche les épaules comme si cela ne le concerne en rien ; tu convoques les parents pour une réunion avec l’association des parents d’élèves afin de débattre de l’avenir de leurs enfants et seule une petite poignée se donne la peine de répondre à la convocation ; tu appelles les citoyens pour se mobiliser pour la sauvegarde de l’environnement et ils te regardent d’une manière si bizarre que tu doutes avoir dit une parole déplacée ; tu invites les citoyens à un rassemblement politique ou associatif dans le but de lancer un débat sur les affaires de la société et tu te retrouves seul avec les organisateurs sur les lieux. Pourtant, tout le monde souffre et se plaint.

Par: D.Messaoudi




La vraie solidarité

2092009

La vraie solidarité est d’oeuvrer afin d’assurer sa propre autonomie ; c’est faire son possible afin d’éviter d’être un fardeau sur le dos de l’autrui, un parasite dans la peau des gens. Ceci dit, l’offre de solidarité devrait être sélectif, il ne devrait toucher que celui qui n’a pas les moyens d’assurer son autonomie, car étendre ce geste à tous les gens, même à ceux qui n’en ont pas besoin, c’est ouvrir les portes à la paresse, à l’imprudence, et au laisser-aller.

Une personne qui ne ménage aucun effort pour gagner sa vie et qui demeure malgré tout nécessiteuse a raison d’espérer une aide de la part des autres, mais une personne qui gaspille ses biens ou qui n’épargne pas pour d’éventuels moments difficiles de sa vie, malgré les moyens dont il dispose, n’a aucun droit de bénéficier de la solidarité des gens ; il doit assumer seul les conséquences de la mauvaise gestion de ses propres affaires. Ce pourrait lui être une leçon utile après tout.

Par: D.Messaoudi







Le journal d'une Diab'Less |
BOUNTY CAVALIER KING CHARLES |
mon univers |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ledouble2
| LE CLUB DES PARESSEUSES
| Envie(s) de...