Amara Messaoudi, dit l’Adjudant

3092009

amaramessaoudi.jpgAmara Messaoudi, connu sous le nom de l’adjudant, et appartenant à la tribu des At-Amar-Waâli, est né à Takerboust le 12 décembre 1909.

Il est l’auteur des plans et le directeur de plusieurs travaux dont la construction de la mosquée actuelle en 1948, le pont d’Aghbalou, le cimetière des martyrs en 1963, le captage des eaux de fontaines (Tala-n-Dehman, Aman-Mellulen), la construction des fontaines publiques (Abasal-Gwezru, Tajmaât, Tama-At-Ajja, Tighilt-Inurar), la construction de l’ancien château d’eau, etc. Et d’après certains témoins de l’époque, Dda Amara pensait même ouvrir un marché public sur un terrain plat à Vilghughen, mais le projet n’a jamais vu le jour en raison de son départ prématuré de la mairie et du village. 

 

Lire la suite… »




Chaavan Ath Qassi

2092009

chaaban.jpg

 

 

Chaavan, la trentaine,  est un des habitants de Takerboust. Il est né handicapé, mais la volonté de ce jeune homme est plus forte que son handicape, puisqu’il n’a jamais cessé de lutter pour son indépendance, à la différence de certains qui, ayant eu une maladie  invalidante, ont préféré s’abstenir de toute activité, vivant ainsi aux dépenses des parents ou des proches.

Bien qu’il se déplace difficilement, Chaavan va au marché de Tazmalt, négocie avec des marchants expérimentés,  achète des chèvres ou des moutons, et les revends à Takerboust pour gagner l’argent dont il a besoin. Chaavan est aussi un paysan ; chaque matin, on le voit partir à / ou revenir de son champ, un âne chargé  de fourrage ou de fumier, qui fait office d’engrais, devant lui.

Le personnage de Chaavan est plein d’enseignements : tout d’abord, il nous enseigne que toutes les difficultés de la vie, même les plus handicapantes,  peuvent être surmontées pour peu qu’on fasse l’effort. Il nous enseigne aussi qu’il vaut mieux vivre dignement de la sueur de son front que de quémander une aide si insignifiante soit-elle auprès des proches ou des étrangers. Il incarne ainsi l’une des valeurs des Kabyles d’antan qui tend malheureusement à disparaître de nos jours sous l’influence des convois de mendiants qui nous viennent des régions arabophones qui entourent la Kabylie.







Le journal d'une Diab'Less |
BOUNTY CAVALIER KING CHARLES |
mon univers |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ledouble2
| LE CLUB DES PARESSEUSES
| Envie(s) de...